L’église

Fondée dans les premières années du XIVème siècle, cette modeste église fut immédiatement donnée aux Guillemites.

Remaniée au XVème siècle par l’adjonction d’un jubé à trois arcades et l’exécution d’un portail, elle passa à la Réforme en 1534. Mais son état actuel date essentiellement du XVIIème siècle : la façade remplaça alors un triple pignon et fut coiffée d’une flèche au faîte de laquelle une ancre rappelle que Saint-Guillaume était la paroisse des pêcheurs et des bateliers; un narthex voûté d’ogives fut construit devant une large nef, plafonnée comme le choeur allongé. Le jubé fut avancé dans le choeur en 1667. Depuis lors il soutient une tribune d’orgue et fait de l’abside une chapelle.

L’église renferme un tombeau à gisants exceptionnel du XIVème siècle de la main de Woelflin de Rouffach, un relief en bois polychrome du XVème siècle illustrant la conversion de saint Guillaume, ainsi que des vitraux remarquables : la fenêtre axiale de 1345 illustrant la vie du Christ provient des de l’église des Dominicains de Strasbourg (détruite à la fin du XIXème siècle) ; d’autres vitraux du XVème siècle restaurés à la fin du XIXème siècle relatent la vie de saint Guillaume et celle de sainte Catherine. Signalons pour finir la chaire de 1656 de style « cartilage » et l’autel du XVIIIème siècle.

Histoire de l’église

L’espace conventuel est inauguré le 8 mars 1301 : « Kloster, Kirche mit Altar und Kirchhof der Wilhemiten in Crutenowe juxta pontem S.Stephani », donc hors le mur d’enceinte du XIème siècle situé à gauche de l’Ill ; l’église est construite en briques.

Confiée à l’ordre des Guillemites, il s’agit de la seule église encore visible nos jours dont l’histoire remonte à cet ordre.

De part son emplacement, l’église devient la paroisse des pêcheurs et des bateliers.

XIVème siècle

Les comtes de Werd, landgrave et chanoine, donateurs, sont inhumés dans l’église ; les gisants du sculpteur Woelflin de Rouffach comptent parmi les plus remarquables de cette époque.

La fin du XVème siècle se caractérise par l’ajout du narthex gothique en même temps que la construction d’un monastère et de l’édification du jubé en pierre. Lors de la Contre Réforme, les jubés sont démolis. L’église Saint-Guillaume étant alors affectée au culte protestant, le jubé demeure et compte aujourd’hui parmi les rares jubés encore existants.

A cette époque, les magnifiques vitraux de Pierre Hemmel d’Andlau viennent rejoindre le vitrail du début du XIVème siècle.

XVIème siècle

L’église passe à la Réforme en 1534. En 1589, on édifie la tribune d’entrée en bois pour faire face à l’arrivée de protestants suite aux guerres de religion.

XVIIème siècle

Après la guerre de Trente Ans, la chaire en bois sculpté et la tribune latérale sont ajoutées en 1656. le clocher, si atypique, est édifié en 1667 et beaucoup d’histoires – des vraies et des légendes – circulent à son sujet.

XVIIIème siècle

L’autel en pierre et marbre, et sa clôture, sont installés dans le chœur.

XIXème siècle

L’orgue Silbermann de 1728 est considérablement agrandi et « romantisé ». Ernest Munch crée le Chœur de Saint-Guillaume en 1885 afin de permettre aux strasbourgeois de découvrir la musique de Jean-Sébastien Bach et d’enrichir les célébrations d’oeuvres vocales et instrumentales composées par le Kantor de Leipzig pour le culte luthérien. Ce Choeur existant encore aujourd’hui est devenu, au fil du temps, une véritable institution culturelle strasbourgeoise.

XXème siècle

En 1987, un orgue neuf est construit dans le buffet ancien. Les autorités paroissiales optent pour une esthétique saxonne inspirée des instruments de Gottfried Silbermann, idéale pour l’interprétation de la musique de Jean-Sébastien Bach, par le facteur d’orgues Yves Koenig. L’orgue est monté sur rails ; il peut ainsi être déplacé pour l’exécution de morceaux par le Chœur et un orchestre.

Rainier Baltz

En quelques mots…

Saint-Guillaume représente à la fois un lieu d’histoire et un lieu de vie tourné vers l’avenir au cœur de Strasbourg.

L’accueil, la convivialité, la culture du débat et une lecture ouverte et critique des textes bibliques en fonction de l’actualité représentent des priorités pour le Conseil presbytéral.

Donations
Rejoignez-nous sur :
Contactez-nous
La paroisse est membre de l’UEPAL