Restauration de l’église

 

> Accédez aux photos de la restauration en cours <

Les dernières nouvelles du chantier : 

Le 8 octobre : 
La première partie des travaux s’achève enfin ! Les travaux extérieurs avaient commencé avec la pose des échafaudages à partir du début du mois d’avril. Depuis, que de changements ! La façade dispose désormais d’un revêtement à base de chaux qui n’emprisonne plus l’humidité. Il était temps !
Les ardoises du clocher ont été entièrement remplacés par des neuves.
Le coq a eu quelques rafraichissements, la crête a été partiellement refaite. L’ancre a également bénéficié de quelques traitements : une nouvelle pointe et un vernis protecteur. On a aussi remplacé son jas…
La dépose des échafaudages a débuté après l’installation du coq. Prochaine étape : l’intérieur de l’église !  

Le 24 septembre : 
L’atelier Parot qui s’est occupé de la restauration des vitraux est venu cette semaine installer les verrières de doublage. Le vitrail près de la chaire étant terminé, les artisans ont redonné ses couleurs à cette partie de l’église. A nouveau lisible, le vitrail étonne par sa clarté et la beauté de ses sujets. 

Le 12 septembre :
Les maçons ont commencé à appliquer le badigeon blanc, à base de chaux, sur la façade qui est à présent toute lisse. L’église retrouvera bientôt son apparence d’origine, mais le changement aura été majeur et indispensable ! Il n’était plus envisageable de contenir l’édifice dans un carcan d’humidité.
De leur côté, les couvreurs avancent bien à la réfection du toit. Les ardoises sont taillées sur mesure et épousent parfaitement les facettes insolites de la toiture, un travail d’orfèvre pour vrai joyau !

Le 10 août : 
Même en été, les artisans continuent de prendre soin de Saint-Guillaume. Les maçons ont commencé à appliquer le mélange de chaux et de sable pour redonner à la façade un aspect lisse. Il faudra trois couches pour pouvoir appliquer le badigeon blanc. Le quartier commençait à s’habituer à aux belles pierres mais Saint-Guillaume doit retrouver sa blancheur.

Le 17 juillet : 
Armés de leur marteau d’ardoisier et de leur enclume, les couvreurs s’appliquent à restaurer la toiture du clocher. Mais il faut d’abord retirer les vieilles ardoises fatiguées. En guise de motivation : la vue, imprenable sur Strasbourg et sa cathédrale ! 

Le 29 juin :
Les morceaux de ciment qui sont retirés de la façade nous permettent de nous rendre compte de l’épaisseur du mal. La couche de peinture blanche imperméable n’arrangeait rien ! 

Le 14 juin:
Les échafaudages sont entièrement posés et sécurisés. L’église est désormais enveloppée d’un filet de sécurité jusqu’au clocher et les ouvriers continuent de piquer la façade.
Chaque semaine, les visites de chantier dirigées par l’architecte Joelle Leoni garantissent le bon déroulement des travaux.
Et les vitraux ? Le pasteur et l’architecte se sont rendus aux ateliers Parot, à Dijon pour observer le travail déjà initié sur les deux vitraux. Les verriers, qui opèrent également à la cathédrale de Strasbourg, ont devant eux un vaste travail de minutie. La dépose a mis en évidence l’état catastrophique du verre, des figures et des ornementations. Les vitraux reviendront en automne et nous pourrons alors admirer leur beauté et leur éclat d’origine ! 

Le 23 mai : 
Le clocher ressemble bientôt à un building en construction à mesure que les ouvriers installent les échafaudages.
Le vitrail est parti, on peut désormais décrépir la façade ouest.
Les archéologues ont commencé aujourd’hui à étudier la charpente historique de l’église. Que vont-ils trouver ?

Le 15 mai :
Les échafaudages entoureront bientôt le clocher entièrement, on ne peut déjà plus lire l’heure ! 
Les ouvriers continuent de piquer la façade de la rue Saint-Guillaume.
Et on a dit au revoir au vitrail à coté de la chaire, qui a été démonté, et à celui de la façade ouest qui partira aujourd’hui aussi aux ateliers.
Ça avance ! 🙌👍

 

Quelques mots sur la restauration…

Les années 2017 à 2020 seront marquées par un vaste chantier d’assainissement et de restauration de l’église.

Les sols intérieurs de l’église sont actuellement très étanches, ce qui provoque d’importants problèmes d’humidité dans les murs, les pieds de poteaux et les sols. Ces problèmes doivent être traités de toute urgence. L’état des vitraux est moyen ; l’absence de feuillards et d’éléments de serrurerie de maintien entraine une déformation de certains vitraux. Là aussi, il y a urgence pour la préservation des magnifiques verrières qui ornent Saint-Guillaume, pour certaines depuis le Moyen-Âge. Enfin dans la chapelle et la sacristie, l’installation de chauffage implique une remise aux normes.

Ce chantier permettra aussi de valoriser le narthex et la chapelle, et d’aménager un espace d’accueil et d’exposition au fond de l’église, ainsi qu’une infrastructure autour de l’autel optimisant l’utilisation de l’église pour les cultes et les concerts.

…Et sur l’avancée des travaux

La première phase est lancée.
Elle comprend la création d’un drainage extérieur, le traitement des soubassements, une remise en peinture de la façade principale ainsi que d’une partie de la façade rue Saint-Guillaume, la réfection de la couverture de la flèche ainsi que la restauration de deux verrières. En parallèle, la chapelle sera restaurée avec la restitution d’un sol en tomettes, la création d’un plafond chauffant ainsi que d’une kitchenette et de toilettes attenantes. Ces travaux devraient durer jusqu’à l’automne. Durant toute cette période, la nef sera accessible pour les cultes, manifestations et visites.

La seconde phase devrait s’étaler de février 2019 jusqu’en automne 2020, avec la réfection du plafond et du sol de l’église, le traitement des murs, la création d’un sas d’entrée dans le narthex, l’installation d’un nouveau système de chauffage, la création d’un espace baptismal, la mise en place d’un nouvel éclairage et le remplacement des bancs par des chaises. Dans ce cadre, la chaire, fortement altérée par les remontés d’humidité, devrait être restaurée et des équipements multimédias installés. Durant cette période, les cultes ordinaires auront lieu à la chapelle ; pour des célébrations extraordinaires, nous migrerons à Saint-Pierre-le-Jeune.

Sur le plan financier, ces travaux représentent un budget avoisinant les 3 millions d’euros dont plus de la moitié est à charge de la paroisse : un défi énorme ! Une levée de fonds est en cours sous la bannière « SauvonsGuillaume » : nous sollicitons des dons et legs et faisons appel au mécénat. 

Par ailleurs, nous proposons des activités, manifestations et « produits dérivés » visant à récolter des fonds, mais aussi à communiquer sur la spécificité de la voix de Saint-Guillaume au sein du protestantisme alsacien ainsi que sur notre projet de paroisse.

L’ancre qui surplombe notre clocher est devenu l’emblème de cette levée de fonds. Stylisé dans un traitement graphique contemporain, elle évoque à la fois un « smiley », signe de joie, un personnage ouvrant ses bras, signe d’accueil et d’ouverture, les symboles du masculin et du féminin reflétant les valeurs humanistes de Saint-Guillaume, et la croix renvoyant au Christ qui donne son fondement et son sens à notre engagement.

> Accédez aux photos de la restauration en cours <

En quelques mots…

Saint-Guillaume représente à la fois un lieu d’histoire et un lieu de vie tourné vers l’avenir au cœur de Strasbourg.

L’accueil, la convivialité, la culture du débat et une lecture ouverte et critique des textes bibliques en fonction de l’actualité représentent des priorités pour le Conseil presbytéral.

Rejoignez-nous sur :
DONS EN LIGNE
Sélectionnez la méthode de paiement
Informations personnelles

Détails de facturation

Total du don : 10€

Contactez-nous
La paroisse est membre de l’UEPAL

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer